Ladeveze JacquesSeguy Serge
Ladeveze Jacques et Serge Seguy, co-fondateur

CHRONIQUE D'UNE NAISSANCE

Par Serge Seguy

 

Le Handball est un sport jeune. Calqué sur le football et joué à onze au début (premier match international en 1925), les Scandinaves l’adaptent pour le pratiquer en salle et la première rencontre internationale à sept a lieu en 1935. En France, il est diffusé au travers de l’école par la jeune génération des professeurs d’EPS d’après guerre.

Les responsables nationaux se sont alors efforcés de faire passer la vitalité de ce sport de son lieu un peu confiné aux clubs non scolaires. C’est ainsi que le Conseiller Technique Régional, René JOURDIAN, l’un de mes anciens professeurs au CREPS se présenta un jour de 1966 à ce qui était alors le « Collège » de Marmande (on ne disait pas encore « Lycée ») pour me demander de créer le club dans notre ville. Le Lot-et-Garonne était un désert en ce qui concerne les clubs civils !

Je me sentais bien démuni. Pas de joueurs adultes connus, pas de terrain sinon celui utilisé au stade par les joueurs de pelote et celui, en pente, en face de l’actuelle Place des Droits de l’Homme ; le gymnase du Lycée n’existait pas encore. D’ailleurs, seules les sections techniques fonctionnaient alors dans les locaux neufs de la « Cité » Scolaire.

Ma première assistance vint en quelques heures de mon collègue d’alors, Jacques LADEVEZE, mon « ami de trente ans ». A deux, on s’endort moins vite, c’est bien connu !

Nous avons été secourus par une décision déterminante des dirigeants de l’Union Sportive Marmandaise. Ils ont, en effet, accepté spontanément de nous prendre sous leur(s) aile(s) et de créer une section USM HB. C’était parti.

Nous apprenons ensuite, au cours de nos recherches, que la gendarmerie organise des tournois Inter-escadrons. Il se trouve que deux hommes que j’avais connus avant le baccalauréat, l’un étant dans ma classe et l’autre un peu avance sur nous, commandaient les escadrons de gendarmerie de La Réole, capitaine LORRAIN, l’autre celui de Marmande, capitaine HAZERA. Tout, alors, devient plus facile.

Nous pouvions compter sur un total d’une dizaine de joueurs. Ne m’en veuillez pas trop de taire l’âge moyen de notre équipe ! Nous pouvions utiliser le terrain de la caserne Tempoure pour les entraînements. D’autre part, la densité des rencontres était telle dans notre premier championnat que nos amis des autres équipes nées dans le département (ne parlons pas de leur âge moyen) acceptaient facilement les reports quand nous avions des ennuis. Nous leur rendions la pareille, bien entendu.

Peu à peu, les choses se mettaient en place. De nouveaux clubs, sans structure et, dirait-on, « à l’essai » permettaient d’augmenter le nombre des rencontres. Vous dire que les responsables de la Ligue d’Aquitaine étaient regardants pendant ces deux ou trois premières années serait peut-être exagéré, ils furent même reconnaissants de ce que nous faisions.

La preuve a été donné en 1970, la France organisait cette année-là les Championnats du Monde de Handball. En récompense, la ligue confia au département une soirée avec deux matches de poule. C’est surtout les handballeurs d’Agen, qui disposaient déjà du Staidum, qui ont assuré le plus lourd du travail. L’ami Cohen doit s’en souvenir.

Pour terminer, je ne manquerai pas d’ajouter que quelques personnes, dont on ne s’attendrait pas à ce qu’elles prennent plaisir à naviguer dans le brouillard, ont spontanément répondu à nos sollicitations. Nous leur devons beaucoup. Jacques et moi (à l’unanimité) citons nos deux premiers présidents, Marc RABANIER et Michel LAJAUNIE.

Je vous donne rendez-vous en 2026.

A bientôt donc.

Serge Seguy

LES MEMBRES D'HONNEUR DU CLUB

Récompense débutée en 2016 à l'occasion du cinquantenaire du club

ladevezeseguyboiteauJuan

Boiteau BusquetBusquetLaubscher